Chargement en cours...

PANEM ET CIRCENSES II

L’ Espace arts plastiques Madeleine-Lambert et la Halle de Pont-en-Royans s’associent pour présenter la première exposition d’envergure de deux jeunes artistes : Maha Yammine et Marwan Moujaes.

 

PANEM ET CIRCENSES II

Espace arts plastiques Madeleine-Lambert
Maison du Peuple
12 rue E. Peloux 69200 Vénissieux

Vernissage : vendredi 4 mai à 18h30

Exposition du 5 mai au 7 juillet 2018 - Entrée libre

 

PANEM ET CIRCENSES I

Centre d’art La Halle
Place de la Halle
38680 Pont-en-Royans

Vernissage : samedi 28 avril à 18h

Exposition du 2 mai au 30 juin 2018

 

Visuel carton invitation

Ce projet partagé autour du travail de deux artistes est réalisé en coproduction et se déploie en deux volets complémentaires qui se répondent mutuellement.

 

PANEM ET CIRCENSES, soit « du pain, des jeux » en latin, est un emprunt au poète Juvénal, satiriste qui mettait ainsi en relief les gages octroyés par les empereurs pour contenir les oppositions et réduire le libre arbitre des citoyens. Cette idée constitue un lien silencieux au fil de l’exposition et entre les pratiques de Maha Yammine et Marwan Moujaes, tous deux réunis autour d’une méthode comme point de départ : explorer le passé et cultiver l’esprit critique. L’histoire du Levant, et plus particulièrement de leur pays natal le Liban, constitue leur champ de recherche et la source de leurs œuvres.  

 

Maha Yammine recueille les récits d’un quotidien disparu auprès des générations précédentes, parfois les rejouant dans des œuvres qui font appel à leur participation. Elle réactive ou détourne des objets et des gestes oubliés, qui deviennent des vecteurs de la mémoire, à la fois poétiques et rétrospectifs. Dans ses vidéos et ses installations, on devine une sédimentation complexe sous les atours de l’anecdote, du simple jeu et de l’histoire personnelle, qui nous permet d’accéder - conjointement avec l’artiste elle-même – à une part de mémoire et un regard personnel sur les conflits.

 

Marwan Moujaes s’infiltre quant à lui dans des lieux interdits, par des voies détournées : l’ancien cimetière juif de Beyrouth - lieu tabou et déserté - mais aussi d’autres paysages apparemment paisibles mais aux enjeux géopolitiques, symboliques ou religieux très marqués. Une dichotomie entre la quiétude des lieux et leur charge historique et stratégique contrevient aux représentations stéréotypées de la violence ou de la guerre et apporte une profondeur réflexive. A l’instar des œuvres de Maha Yammine, ses installations et ses vidéos s’éloignent du spectaculaire pour explorer l’histoire récente et les tensions vives qui s’exercent dans cette région du monde.

 

Les lieux et les objets qui forment le terrain d’exploration des artistes sont des cristallisateurs de mémoire et tous deux, impliqués et conscients, donnent à voir des œuvres où l’Histoire se reflète avec décalage et humanisme, lui permettant de s’inscrire avec intelligence et empathie dans notre propre mémoire intime, visuelle et émotionnelle.

Commissaires de l’exposition : Giulia Turati et Xavier Jullien

Cette exposition en deux volets comprend également la co-édition d’un catalogue, à paraître début juillet.

 

Autour de l’exposition :

  • Samedi 26 mai (horaires précisés ultérieurement) :
  • Samedi 2  juin à 15h à la Halle :
    • Visite de l’exposition PANEM ET CIRCENSES I et rencontre avec les artistes
  • Samedi 7 juillet à 15h à l’Espace arts plastiques Madeleine-Lambert :
    • Clôture et visite de l’exposition PANEM ET CIRCENSES II avec les artistes
    • Présentation de l’édition
x