Chargement en cours...

Journées européennes du patrimoine

Cette année, les Journées Européennes du Patrimoine ont pour thème "le goût en partage"

produits du commerce(1)

A l'occasion de cette nouvelle édition, la médiathèque Lucie Aubrac vous invite à découvrir une exposition inédite autour de la vie quotidienne des lyonnais et des vénissians du début du XXe siècle. 

Samedi, l'ensemble de l'équipe archéologique ayant participé aux fouilles sera présente afin de vous faire découvrir les objets collectés lors de cette campagne et leurs histoires, qu'ils ont bien souvent réussi à retracer.

Près d'une dizaine d'archéologues feront également découvrir aux enfants leur métiers par le biais d' ateliers de découverte ludiques (PDF - 3 MB) .

Une campagne de fouilles au Puisoz

Fin août à mi-septembre 2015, un chantier archéologique s'est installé sur le futur site du Puisoz-Grand parilly.

Pendant 3 semaines une équipe de professionnels a récolté, trié, inventorié et caractérisé les objets découverts puis a mené un travail de recherches sur leurs origines.

Ils ont découvert les vestiges d’un fossé défensif de la fin du XIXe siècle. Comblé en 1927, les fortifications ont été rasées et les pierres réemployées. Le tracé de cette enceinte défensive correspond au boulevard périphérique actuel, pensé dès les années 1920.

Le long de ces anciennes fortifications, un zone de 400m2 soit 1 700m3 a servi de dépotoir. Les objets ont été échantillonnés Plus de 300 caisses ont été prélevées. Tout n’a pas été pris sinon le volume d'objets récupéré aurait rempli la halle Tony Garnier !

IMG_6485

Le tri sélectif, déjà une réalité

Fin 19e Lyon était une ville assez avant-gardiste quand au tri des déchets. 

Céramique verte vaisselle émaillée un peu de plâtre... le tri sélectif était déjà à l’œuvre. Des verreries fondues et des ratés de cuisson venant des verreries de Vénissieux et Gerland on notamment été mises à jour lors de la campagne du Puisoz.

"Il y a une histoire à raconter avec chaque objet. Tous sont particuliers.", explique

Alban Horry, archéologue, responsable des fouilles

Les objets récoltés datent s'étalent sur une période qui va des années 1850 aux années 1930.

Pourquoi une si longue période alors que le comblement n'est intervenu qu'à la fin des années 1920 ?

Tout simplement, parce que les gens conservaient chez eux des objets, et c'est encore le cas aujourd'hui. Par exemple les bouteilles en grès contenant des liqueurs ont été réutilisées comme bouillottes.

Épicerie, cuisine, arts de la table, café, brasserie... quelles habitudes en 1920 ?

Les objets les plus fréquemment exhumés illustrent différents aspects de la vie quotidienne dans les Années folles : la médecine (automédication), les arts décoratifs (barbotines, japonisme (import Japon/chine et vaisselle à motif orientaliste), la beauté et les cosmétiques (la crème Simon, inventée par un pharmacien lyonnais, première crème stabilisée et célèbre dans le monde entier), beaucoup de jouets en céramique et de têtes de poupées en porcelaine.

Pour l'édition 2018 des Journées Européennes du Patrimoine, nous nous sommes attachés aux objets présentant un intérêt gastronomique: approvisionnement, cuisine, table, brasserie. Vous pourrez par exemple découvrir une mignonnette de Cointreau dessinée par Legras et dont le design est toujours d’actualité aujourd’hui.

IMG_6495
IMG_6491
IMG_6496

Ce que ça nous dit de l’époque 

Les gens buvaient beaucoup d’alcool, majoritairement du vin, de la bière et des liqueurs. L'eau minérale était vendue en pharmacie. Déjà à cette époque, les gens étaient de grands adeptes de l'automédication.
Les fouilles onté également mis à jour de nombreux pots de moutarde de marques qui existent encore de nos jours mais qui ne sont plus commercialisées en France.

Sur les 30 000 objets échantillonnés durant cette période, 104 pièces représentatives de la gastronomie lyonnaise de 1850 à 1930 issues du site du Puisoz seront exposées dès ce weekend à la médiathèque Lucie Aubrac.

Question à ... Alban Horry, responsable du chantier archéologique du Puisoz

Quel est l'objet le plus improbable que vous ayez trouvé ?

Il s'agit d'un petit objet en céramique grecque antique piégé dans le dépotoir. Il faisait sans doute parti d’une collection particulière mais ne témoigne pas d’une occupation antique du site du Puisoz pour autant. eut égard à la thématique de l'exposition à la Médiathèque Lucie Aubrac, il ne fait pas partie des pièces référencées... pour cette fois-ci !

IMG_6499

Connaissez-vous le pyrogène ?

Typiques des brasseries, les pyrogènes sont de petits objets qui peuvent rappeler un bougeoir, avec une face abrasive. Ils sont en réalité les ancêtres des briquets et des boîtes d'allumettes cartonnées que nous connaissons aujourd'hui.

A l'époque, les pyrogènes étaient des supports publicitaires privilégiés pour les alcools. Les fabricants de vaisselle aimaient aussi à s'en servir pour faire leur promotion.

x

Utilisation des cookies : En utilisant cet outil web, vous acceptez le stockage et l’utilisation de cookies.